Je me souviens de Kiev


Je me souviens de Kiev, et de l’impression de légèreté que j’ai ressentie en arpentant ses rues. Ses avenues sont immenses, et donnent envie de se promener le nez en l’air. On croirait presque ne pas se trouver dans une métropole, tant elles sont larges. La cité ne nous pèse pas. Partout, on peut respirer. Et cette âme si particulière, elle plane sur la ville comme un grand oiseau mystérieux.