Comment faire son sac pour partir en randonnée ?

Illustration de Antonin Briand (Heyton’Studio)

Par Stélan Darras, Paul et Aya Gogishvili

Avec l’été approchant, revient la saison de la liberté et du soleil. C’est l’occasion de souffler, de se réénergiser avant le démarrage d’une nouvelle année, pour celles et ceux qui ont des vacances. Il y a mille et une manières d’occuper son temps libre. Mais un grand nombre d’entre vous vont, je le sais, reprendre la route et s’adonner à une activité que nous affectionnons nous aussi tout particulièrement : la randonnée!

Que votre projet soit de partir en trekking sur plusieurs jours, de camper ou pas, que votre challenge soit de partir pour dix ou quarante kilomètres de marche voire plus, randonner permet de voir du pays, de se ressourcer, de pratiquer un sport accessible à toutes et tous, de se reconnecter avec la nature et pourquoi pas de méditer pas à pas. Pour les petits budgets, il suffit d’une tente et d’un peu de matériel et c’est parti !

Pour tout marcheur qui débute, une question essentielle se pose: comment faire son sac de randonnée, et que mettre dedans? Au commencement, on peut se sentir perdu, ne pas savoir quoi choisir, se demander s’il faut acheter ou pas… Quelques conseils peuvent faire la différence. Laissez-nous vous aiguiller un peu, et vous proposer une liste qui pourra peut-être vous éviter quelques prises de tête et beaucoup de désagréments une fois partis !

Attention, cette liste est conçue pour une randonnée d’été sur plusieurs jours, sous des températures clémentes. Les conditions climatiques hivernales demandent un autre type de matériel.

Sac : D’abord et avant toute chose, il vous faut un bon sac à dos. Peu importe la marque tant que la qualité est là. Choisissez-le avec une contenance de 60 à 80 litres pour avoir de quoi ranger votre matériel. Personnellement, je préfère une ouverture sur le haut du sac, par habitude. Mais d’autres randonneurs aiment avoir un zip placé à l’avant du sac, pour pouvoir avoir accès facilement à leurs affaires sans tout déballer. A vous de choisir. Un petit conseil cependant: optez pour un sac disposant d’une bâche permettant de le couvrir en cas de pluie. Par mauvais temps, il est primordial de garder vos affaires au sec. Il faut aussi que le sac soit confortable, agréable à porter, comme une bonne paire de chaussures. Après tout, vous allez le porter au moins aussi longtemps que vos chaussures, alors autant être à l’aise!

Vêtements : Privilégiez des vêtements en fibre synthétique, qui sècheront rapidement. Prévoyez dans votre sac de quoi vous couvrir la tête, des lunettes de soleil, un chèche ou une écharpe (pour se couvrir contre le soleil ou se protéger de la poussière), deux voire trois t-shirts, une petite polaire, un pull, une veste de pluie (la cape de pèlerin pourra protéger vos affaires ou vous servir de bâche), deux pantalons, des sous-vêtements (évidemment), trois paires de chaussettes fines et une paire épaisse, des chaussures de marche montantes (pour qu’elles maintiennent la cheville). Vous pourrez y ajouter des baskets légères et des gants en option.

Hygiène : un gant de toilette, une serviette microfibre, l’indispensable rouleau de papier toilettes qui finit toujours aplati, votre brosse à dent avec son dentifrice, un savon solide naturel qui servira pour la douche et la vaisselle (privilégiez un savon sans saponine car elle est toxique pour la faune et la flore. A défaut un savon d’alep fera l’affaire).

Soin/ secours : ne négligez pas la crème solaire en fonction de l’indice qu’il vous faut, du désinfectant, des compresses avec des bandages, de l’adhésif médical, du collyre, du sucre en cas de baisse de glycémie, un tire-tiques (plus utile qu’on ne le pense!), une couverture de survie, un petit miroir (si on a un truc dans l’œil ou juste pour checker sa tête au bout de trois jours!), de l’anti-moustiques, ainsi que des médicaments basiques (contre la constipation, le mal de tête, la diarrhée, etc).

Dormir en toute sérénité! : une tente sarcophage ou un hamac pourvu d’une moustiquaire suivant l’environnement, un duvet (compact), un sac à viande (la matière la plus efficace étant la fibre thermique), un matelas fin. Prévoyez un sursac si vous dormez à la belle étoile pour ne pas vous retrouver trempé par la rosée…

S’orienter : une boussole, une carte IGN, un crayon à papier. Vous pourrez rajouter éventuellement des topoguides, même s’ils vont peser dans votre sac. De nombreuses appli comme Visorando évitent de porter des bouquins et font très bien l’affaire pour tracer et suivre des itinéraires que vous aurez préparés à l’avance.

Matériel électronique : une lampe frontale (basique, mais tellement utile!), votre téléphone, une batterie externe, quelques piles.

Cuisiner : un réchaud et une recharge de gaz, une cuillère, une casserole de voyage, une tasse, un briquet, une éponge ou tawashi, un couteau suisse (bien aiguisé) suffisamment gros pour pouvoir vous servir à cuisiner et manger, une gourde et/ou un camelback.

Manger : de quoi vous faire une boisson chaude (café, thé…), sel, poivre, Kub Maggi, du snack de marche qui permettra de contrer les coups de mou (barre énergisante, fruits secs…). Si vous aimez les sucreries, sachez que les M&M’s ont originellement été conçus pour les GI américains pour ne pas fondre dans la poche… Testé et vérifié en rando! Quelques idées de repas : semoule + boîte de salade individuelle, purée, pâtes avec concentré de tomate, riz + thon… Pensez au conditionnement de la nourriture pour réduire les déchets et le poids de votre sac.

Les petits plus pratiques : un kit de couture ainsi qu’un kit de réparation pour toile de tente, une pince multifonction, des sacs poubelle (pour vos déchets bien sûr, mais aussi pour stocker des objets à l’extérieur de votre sac), une montre. Rajoutez un bâton de randonnée en option si vous le souhaitez. Enfin, pour les cas un peu plus extrêmes et en cas de souci (on ne vous le souhaite pas, mais mieux vaut être prudent), vous apprécierez d’avoir sous la main un sifflet, une clé usb avec un scan de vos papiers d’identité, de l’argent liquide, et de quoi purifier l’eau (pastilles micropur, kit de filtrage, paille de filtrage…).

Voilà pour notre liste non exhaustive de matériel de randonnée! On vous souhaite une bonne marche, et un bel été riche en aventures!

NB: Pour bien préparer votre trekking, nous vous conseillons aussi d’écouter le formidable podcast des Globe Blogueurs Les coulisses du voyage qui a consacré un épisode à ce sujet.

Retrouvez le travail d’Antonin sur son compte Instagram !

Retrouvez le travail d’Aya sur son blog !

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Angélique dit :

    C’est ça. Par contre je préfère le lin qui sèche très rapidement et qui régule la température. Question de choix 😉
    De toute façon, on ne va pas se mentir, après quelques jours, tu pues quoi que tu fasses 😉.
    Je prends un téléphone en cas d’urgence mais il reste éteint, il ne de décharge pas.
    Les chaussures, très importantes et mettre deux paires de chaussettes évite les ampoules.

    Je marche toute l’année mais c’est appréciable.
    Bonne randonnée, à bientôt

    Aimé par 1 personne

    1. vetcprojet dit :

      Oui c’est sûr, c’est une question de choix! 🙂 personnellement j’aime bien la fibre thermique, et j’utilise mon téléphone pour l’application Maps.me qui compte un GPS utilisable sans internet qui m’a notamment bien servi lors d’un trek en Slovaquie… Et quand aux chaussettes, je n’en porte pas deux mais j’enlève systématiquement mes chaussures lors des pauses pour faire sécher mes chaussettes et mes pieds pour éviter les ampoules, justement.
      A chacun ses techniques ! 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s